Jour 3 (ou 4… Ou 6… Tout est relatif).

Attention ! Texte très long et… Perché comme d’hab
… Profitez-en (ou pas), c’est cadeau…
Et bientôt la fin.

Je dép(l)asse vraiment trop les limites des bornes et… Et j’ai tellement d’autres choses à faire…
À nouveau… À présent… Enfin… « Ce » PRÉSENT.

Donc voilà, un de mes derniers textes…
Tant qu’il me reste… :

Je reste… Confiné. Je reste « con fini »… Pas fini… In(dé)fini(ssable)… Je de-meure…
Et/ou je deviens… Viens… Reviens… Reste !
Allez reste encore un peu !
Toi et moi…
Je suis peut-être pas « doué » pour faire les choses « comme tout le monde »… Pour (r)entrer dans ce moule (à tartes… Ou à gaufres 🤔)

Mais je suis « doué » pour suivre les règles.
Quand les vies… Quand la Vie… La VIE…en dépend

En fait, tout ce que ça change, pour moi, c’est que je ne peux pas, plus, embrasser mes parents, ni mes enfants…
Alors, oui, on peut relativiser en disant que c’est une chance de vivre avec ses parents et ses enfants…
Mais c’est, avant tout, un choix.
Parce que ceci fait partie de cet essentiel qu’on a perdu, oublié… Et… Et/Ou qu’on n’a jamais vraiment trouvé, (re)trouvé… Jusqu’ici…
Jusqu’à ce virus/vaccin… Et/Ou…
Jusqu’à cet(te) amour, avi(s)…

Ceci fait partie de cet avenir (des) « possible(s) ».

En fait, tout ce que ça change, pour moi, c’est que je ne peux pas, plus, leur faire ces/leurs baisers d’amour… Comme chaque jour…

Et tout ça pour un rhume qui s’amplifie avec…
La connerie ! Nan mais sérieux…
Est-ce que ce monde est sérieux ?!

Je reste confiné. Je me plie aux règles. Même si…
Bien que je n’y crois pas du tout.
Je crois qu’elles permettent de ralentir la progression, oui… Mais de quoi ?
Je crois que le virus fait tout de même son chemin, qu’on ne pourra pas l’arrêter et que c’est bien…
Sauf que… Je crois que c’est notre manière d’agir et réagir qui le rend instable…Et cette agressivité qui le rend agressif… Et cette peur, panique, qui nous rend vulnérable.

Je crois qu’il a toujours causé, indirectement, des problèmes pulmonaires… Des bronchites et plus…

Je crois que (si) ce monde est plus malade…
De plus en plus… Et/Ou… Tellement plus…
Je crois que ce virus est/sera, toujours plus, obligé de nous « rappeler » à l’ordre… Obligé de nous poussé à nous reposer, à ralentir… À (re)venir à l’essentiel…
À l’équilibre, l’harmonie… Naturel(le)…
Naturellement.
Pas… Pas comme ça… En tout cas…
Pas trop longtemps.
Nous reposer… Pousser… Pas nous repousser.

On pourrait se contenter de protéger les plus anciens, les plus fragiles, les plus immunodéprimés…
Mais, au lieu de ça, on met tout le monde en danger.
Dans le même panier… Confinés…

Sans même savoir si chacun respecte les « règles »… À l’intérieur… Sans pouvoir vérifier et, encore moins, forcer les gens… Bien heureusement !
Et sans même savoir qui est porteur sain…

Je crois qu’il y’a bien plus de monde d’atteint par cette/ces souche(s), qu’on ne le pense vraiment, et que d’être confiné n’y change(ra) rien… Ni pour sa « propagation », ni pour… Je crois qu’il n’est pas prêt de/à quitter notre, nos, corps… Et âme.
Je crois qu’il a juste besoin qu’on l’accepte…
Comme on l’a toujours fait, sans le (re)connaître…
Sans le (sa)voir…
Je crois qu’il faut savoir le (re)connaître…
Et (re)connaître son intérêt, son utilité…
Dans cet, notre, éco-sy(s)tème… Bio-tope… Bio-logique…

Je crois en la maladie et sa/ses cause(s) émotionnelle(s)… Je crois en son message…
Le mal-a-dit qu’il fallait respirer… Le mal a dit qu’il fallait cracher toute cette putain de connerie, toute cette haine, colère, rancœur, accumulée… Toute cette accumulation de produits, pesticides et désinfectants, et gaz, émanations…Au fur et à mesure… Et/Ou avaler… (Di)gérer… Expulser…
Au fur et à mesure…
Prendre le temps. Le temps qu’il faut.
Prendre le temps de le (re)faire…
Prendre le temps de le (re)dire, (d)écrire… Aussi…
Pour laisser place à la vérité.

Je crois que notre/nos organismes peut/peuvent très bien (di)gérer ces maux, ces pollutions…
Je crois qu’il(s) le fait/font très bien…
Déjà… Depuis toujours et pour toujours…
De mieux en mieux ? (ré)adaptation génétique.
Par les modes de vie… Par les bactéries, les microbes, les champignons… Jusqu’à ce(s)…
Virus/vaccin(s)… Tout au bout de la chaîne…
Le cycle éternel… De la Vie… Perpétuel(le)… AVI

Je crois que notre/nos organismes peut/peuvent très bien (di)gérer ces maux, ces pollutions…
Ces toxines…Ces molécules…
Chimiques… Ou naturelles…
Vu la quantité qu’on (re)trouve dans nos magasins, dans nos sols, dans l’eau, dans l’air… Sur nous, en(tre) nous… Partout.
Je crois qu’il(s) le font très bien…
À condition de ne pas (trop y) penser…
Ou d’y/de penser… Avant tout, sur-tout… En bien. Comme un bien…
Comme une putain de belle chose…
Comme ce putain de miracle de la Vie…
Auquel on ne croit pas ?!
Comment peut-on (encore) oublier ces choses là ?! Nous…
Fruit(s) de 14 milliards d’années d’Évolution…
Que sommes nous vraiment ? Un corps, défini… ?! Vraiment ?! Nous…
Sommes-nous, vraiment, à ce point, définis-sable(s)
… Ou indéfinissables ?!
Conditionnés, conditionnables… Confinés, confinables…
Sans condition(s) ?!
On va s’laisser faire ?!
Oui, bien sûr, « physiquement », notre corps et notre esprit sont bien distincts du reste, des autres…
De ceux des autres…
De même que notre physique est bien distinct de notre psychologi(qu)e. Psycho-logi(qu)e.
Mais, dans l’absolu…

Sauf… Sauf si on parle de quantique.
De relativité générale…
Bref.

On va s’laisser faire ?! Ou on passe…
Au véritable inconditionnel ?!
Cet absolu… Cet amour… Cette attraction…

Je voulais juste te/vous dire que je meurs de ne pouvoir les embrasser… Et que, c’est réciproque.
Oh ils peuvent bien se passer de ces baisers inertes

Oh oui, on peut bien s’en passer…
Mais, quand on a connu autre chose…
Quand on (re)connaît autre chose…
Quand on reconnaît (que c’est) l’essentiel…
Cet amour… À ce point… À ces 3 petits points…
Qui rappellent (eux aussi, comme ce non ou ce oui)

Ces 3 petites lettres… Lettres d’amour…

Je voulais juste te/vous dire que je meurs de ne pouvoir les embrasser… Que j’en ai envie et… Besoin.
Et qu’ils en ont envie et… Besoin, eux aussi.

Que je n’arriverai pas à les protéger, sinon.
Que je n’arriverai pas à nous protéger…
Qu’on n’arrivera pas à se protéger…
Qu’on n’arrivera pas à s’entraider…
S’entre-aimer…

À « mélanger » nos biotopes… Nos virus, bactéries, microbes, parasites, champignons, molécules, gènes… Nos idées… Nos pensées…
Nos failles et le moyen de les remplir, guérir d’amour… Par l’amour…
Avec, par et pour…

Je voulais juste te/vous dire que…
L’intérêt de ce virus là, en particulier, avec ce confinement, c’était, c’est, de nous rapprocher…
Paradoxalement… Et contre-paradoxalement…
Vous, vous avez peut-être besoin de quinze jours…
Ou d’une quarantaine…
Ou d’un an ou…
Mais moi… Moi j’ai cet AVI. Et je vous le donne.
Et si… Et, si vous n’en voulez pas…
Et/Ou ne (me) le (dé)montrez pas…
Et/Ou ne LEUR (dé)montrez pas…
Suffisamment… Souvent, longtemps…
Bien… Mieux…
Durablement… Renouvelablement…
(é)prouver… Cette (é)preuve d’amour de la Vie…
AVI

Et si… Tant que…

Je vous le laisse. Comme on s’arrache…
Comme on se fait arracher le cœur.
Pour l’offrir a celui/celle qui en a besoin…
Et que l’on aime… Plus que tout… Au monde…

Je n’abandonne pas vraiment…
Je vous le laisse.
Je m’en défais.
Je le crache. Je l’expulse.

Je le laisse à la porte d’entrée. Et je ferme à clef.
Je le renie.

Et…
Et vous avez tout grand intérêt à avoir pitié d’elle… De lui… De ce que tu es…
De ce que vous êtes…
De ce que nous sommes… Tous… Tout…
De plus beau… De plus belle…
De plus profond… De plus précieux…
Notre cœur… Le fin-fond de notre cœur…
Notre jardin secret… Notre « petit » paradis…
Corps et âme… Depuis toujours et pour toujours…

Elle m’a serré la main, tout à l’heure (hier soir). C’était…
C’était un « réflexe » ?!

J’ai crié… Hurlé…

J’ai dit « non, je ne viendrai pas manger ».
J’avais autre chose à faire… De plus important…
D’essentiel…
Plus essentiel que de manger, à une certaine heure.
Plus essentiel que de manger, à ce moment là…
En famille ou pas.
Mais… Mais elle a du mal avec ça, ceci, cela…
Comment peut-on prendre cet AVI pour…
Un « caprice » ?! Un « simple » caprice…
D’enfant, d’ado… D’adulescent… D’adulte qu’a pas grandi… Pas vraiment…
Oui. Ça aussi… Ça définit plutôt bien cet amour…
De la Vie…
Cet avi(s)…
(Contre)paradoxal… Contre toute(s) attente(s)…
Cent transitions.

Alors elle m’a crié dessus… D’en haut…
Pour que je vienne les rejoindre… À table…
À table !!!!
Alors j’ai hurlé.
Alors elle m’a crié « pour-quoi »…
Je lui ai hurlé de ne plus me traiter comme un gamin de deux ans…
Alors que « je suis plus intelligent que vous tous !!!! »
Tout le monde a entendu. Bien sûr, forcément…
Ça faisait partie du but.

La tension est redescendue.
J’ai continué… Apaisé…
J’ai continué de/à tout faire pour sauver ce monde, avant qu’il ne soit trop tard.
Avant que… En espérant que… Ce cauchemar…
Avant qu’il ne devienne, vraiment, véritablement…
Prémonitoire.
Un cauchemar aussi réel… Continu… Exponentiel…
Un cauchemar impossible à oublier…
Un cauchemar si facile à (dé)crire…
Un cauchemar si « bien » (d)écrit…
Un cauchemar dont la fin est le début…
Le début de la fin ?!
À vous de choisir le (re)commencement…
La continuité… Qui vous arrange ?!

Un cauchemar que j’ai pris soin de terminer…
Avec amour… Avec, par et pour…
Non, ce jour là… Il n’y a pas eu de « coupure »…
Il n’y a pas eu de « rupture »…
Je ne me suis pas vraiment réveillé…
« Juste » r-eveillé… Encore un peu plus…
Encore un peu mieux…
« Juste »… Encore… Un peu… En avance…
Et/Ou en retard… De quoi ?! De combien ?!

Tout le monde était apaisé.
J’ai terminé… Et je suis remonté.
Elle était toute contente… R-AVI(E)
Mais elle m’a tout de même demandé de m’excuser
(pour la première fois).
À quoi j’ai répondu :
« Tu n’avais qu’à pas commencer ! »
Pour la première fois…
C’est la première fois que je lui réponds ça.
Oui. Je peux être con moi aussi.
Inconditionnellement.

Elle était toujours ravie…
Elle m’a souri et tendue la main… Pour faire la paix.
Pour moi, c’était déjà fait.

C’est fait… Depuis… Depuis si longtemps…
Depuis combien de temps déjà ?
Ou depuis peu… Si peu…
Depuis que j’ai arrêté… Abandonné…
Depuis que j’ai décidé de (re)prendre une vie « normale »… De « bonnes » résolutions ?!
Tout est… Relativement…
Absolument, Véritablement, Inconditionnellement…
Paradoxalement… Contre-paradoxal ?!

Je sais pas ce que c’est qu’une vie « normale ».
Je sais pas ap-prendre ça… Comme ça…
Comme vous… Comme toi…
Y’a pas de place, pour moi, dans ce moule !
Avec… De-dans… Cet AVI…
Sans qu’il soit vôtre aussi.

Je sais juste… Je sais « juste » m’entêter à (vouloir) sauver ce monde… Et croire que c’est possible…
Et (dé)montrer, (é)prouver…
En (dé)montrant, (é)prouvant… AVI
Qu’il n’est pas… Qu’il n’a jamais été… En danger…
Ni lui… Ni nous…
Que tout ça… C’est « juste » dans notre/nos tête(s)…
De gamin capricieux.

Jour 3 (ou 4, c’est relatif).

3-4 jours que ma meilleure amie me les casse…
Cette bon Dieu… De Luciole…
Parce qu’elle est conquise…
Depuis 2 ans maintenant… En ce moment…
C’est quel jour, déjà, précisément ?!

3-4 jours qu’elle me les brise…
Parce que, pour elle…
C juste pas possible que j’abandonne.
C juste pas possible qu’on s’en sorte sans cet AVI…
Et le nom, l’adverbe… Le mot… Cet acro…
Et… C juste pas possible qu’on y arrive, sans moi…

Mais… La Vie est belle, bien faite, parfaite…
Tellement…

Sans moi ?! Tout ça, ceci, cela… Ne dépend plus que de vous, à présent…
Que de vous… En plus de moi et de tout ce que je fais pour l’amour, (de) la Vie… Pour l’amour du ciel !
Avant qu’il/elle ne disparaisse…
Avant de disparaitre…

Le virus E(S)T le vaccin.

Cet(te) AVI(E)… Accepte-le/la…
Prends-le/la… Comme il… Comme elle vient.
Comme ce féminin que l’on porte, qui porte…
En(tre) nous… En et hors… En dehors…
En ce monde…

Relativité « AVI »… Soyons « RAVI ».
R-ÉVOLUTION… AVI
Je t’aime❤️AVI
On s’aime… On sème… Idem…(L’)AVI…

C’est « juste »… C’était « juste »… Pour te/vous dire…
De-dans cet AVI… Avec, par et pour…
Que le monde n’est pas-plus…
Que nous ne sommes pas-plus…
En danger…

C’est « juste »… C’était « juste »… Pour te dire…
Pour te/vous le dire…
Avant qu’il ne soit trop tard.

Si je me suis r-eveillé(e), là, encore une foi(s)…
C’est juste pour te/vous dire que ce virus « AVI » est…
Que c’est le remède… Que c’est le vaccin…
À ce monde… Ces/ses/nos désordre(s)…
À cette connerie « (in)humaine » qui nous fait (trop) penser

Que ce monde est en danger… Et baliser…
Analyser… Banaliser… Dans le mauvais sens.
Du mauvais côté du mur…
Et/Ou trop près du mur.
Ou pas assez…
Le remède à ÇA… Ce « truc » là… Ce « (pa)paradoxe »

Ce virus AVI…
C’était… C’est…
« Juste » pour te dire que le monde est en danger…
Et qu’on peut le sauver ainsi…
Et/Ou qu’il ne l’est pas et/ou ne l’a jamais été…
Et/Ou qu’il ne l’est plus…
Et/Ou qu’il ne le sera plus…
Grâce à Dieu… Grâce à cet avi(s), d-partagé, d-livré

Amen

À Dieu

AVI

Je repars… Vers… Faire… Défaire…
Une (toute autre) Histoire… Sans cauchemar(s)…
Je repars et vous le/la laisse… Cette folie…
Ne l’est plus…
Ni pour moi, parce que j(e l)’abandonne…
Ni pour vous… Parce que je l’ai (dé)nommé(e)… AVI

Jour 3 (ou 4… Ou 6… Tout est relatif).Attention ! Texte très long et… Perché comme d'hab… Profitez-en (ou…

Publiée par Patrick Le Ménahèze sur Samedi 21 mars 2020

Laisser un commentaire