Bon et bien voilà. Une journée sans écrire…

J’aurais pu !
J’avais l’envie, le temps et l’inspiration…
Mais j’ai refusé de le faire.

Ça ne m’a pas fait du bien, pour autant… Oh non…
J’ai déjà pris tellement de recul, en deux jours…
Ça me fout les boules.

Ça me fout les boules que les gens sachent à quel point on est dans la merde… Et pas par rapport à ce virus mais par rapport à notre manière d’agir et réagir…
On pourrait se contenter de protéger les plus « faibles » mais, au lieu de ça, on tend à rendre plus fragile toute la population.
Et on donne, ainsi, plus de pouvoir malsain à ce virus, d’habitude si bénin…

Ça me fout les boules que les gens sachent à quel point il faut (ré)agir, ensemble, dans un même élan d’amour… Mais attendent… D’être obligé ?!
De perdre une à une leurs libertés…
Avant d’hypercuter l’essentiel ?

Toujours le même problème…
Toujours la même erreur…
Attendre que ça se passe…
Attendre quelque chose des autres…
Ou prendre l’initiative et refuser de s’allier avec les autres… Surtout pas, non ! Il faut que la solution vienne de soi ou… Tant pis !
Tant pis pour ce monde.
Plus j’abandonne l’AVI et plus je vois les choses différemment… Sans amour… Et plus l’espèce humaine me répugne.

Mais je vais quand même continuer de m’en débarrasser. Il me colle trop à la peau… Comme un « Tanguy ». Comme un gamin, devenu adulte ou presque, qui continue de vivre aux dépens de ses parents… Comme moi, d’ailleurs, en fait… Sauf que je ne demande rien. Et que je n’ai besoin de rien ni personne, que je peux avoir par mes propres moyens, pour faire ce que j’ai à faire… Mais j’accepte, parce que le temps compte, et que tout aide extérieure permet d’aller plus vite… Bien plus vite… Dans/Vers le bon sens.

Je vais continuer de me débarrasser de cet acronyme. Ah ouaih, « acronyme »… C’est bien vu ça aussi. Ça rend accro.

J’ai la haine. Ou, plutôt, l’avi noir… J’espère juste que ça peut pas être pire que la haine elle-même… Que ce que j’appelle, appelais, l’amour noir.
Sans cet AVI… Je sais pas… C’est idée.

Laisse-moi tranquille. Fais ta vie.

Et prenez-le, aimez-le, entrenez-le, nourrissez-le, élevez-le, protégez-le…
Ou je ne donne pas cher de notre peau à tous.

Voilà ce qu’il en est.

Donc, comme je l’ai dit à Luciole, ma meilleure amie, j’ai (re)fait un blog, en complément du site internet du Potager de mes/nos Rêves. C’est, en gros, la suite du précédent (La Vie de mes/nos Rêves) que j’ai (re)baptisé « AVI ». Suite logique, quoi…
Et je vais essayer de trier mes différents textes pour tout (ré)organiser… Et afficher ceci/ceux-ci différemment… Comme on peut pas faire avec fb, en fait… Histoire de dépasser, repousser, encore les limites…

C’est en gros, la fin… Ou le (re)commencement.
C’est vous qui voyez.
Soit vous acceptez ce « mot », soit…
Bref. J’abandonne mais ce sera long…
Ça nous laisse encore le temps…
Le temps qu’il faut.
À condition de prendre les bonnes décisions.
LA bonne décision.
À condition de mettre sa haine, son orgueil, sa colère, sa rancoeur, sa peine, son doute, sa peur…
De côté. Tout ce qui entrave l’amour de/pour la Vie.

Pour le moment, ça va, je (di)gère encore très bien…
Mais, pour la suite, tout dépendra de vous aussi…
Sans vous, je ne pas aller plus loin… Je ne peux pas revenir en arrière… Je peux juste tenir encore un peu, le temps d’organiser, réorganiser, un peu, tout ce que j’ai pu (d)écrire sur, de, dans, avec, par et pour… Cet AVI.

Maintenant, soit c’est ta vie, ton amour, aussi…
Soit c’est votre avi(s) aussi…
Soit… Rien.

Soit il faudra trouver un mot qui correspond, coïncide, encore plus, mieux… À tous les niveaux.

Bon courage !

Oui, c’est amer, acide même, mais pas plus que tout ce qu’on voit, entend, res-sent, chaque jour, de-dans cet amour…

Tout ce que j’ai réussi à supporter, pourtant… Preuve(s) en est/sont mes dernières publics, mes dernières réponses, et mes derniers commentaires…

Et le fait même que j’abandonne… Différemment.

Pour une, d’une, autre raison… Cet avi(s).
J’abandonne pour qu’il soit vôtre.
J’abandonne pour ne pas avoir à mourir pour ça, ceci, cela… Parce que ce n’est pas ce qu’on veut, espère… Parce que ce n’est pas la Vie, l’amour de la Vie… AVI

Parce que c’est « juste » incompatible. Comme je l’ai (d)écrit si souvent.

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10221815111797602&id=1551477811

Laisser un commentaire