Résumé de l’éco-sy(s)tème de ce monde… ?!

On nous a toujours dit qu’on ne pouvait pas soigner le rhume mais seulement les symptômes.
Et que, la plupart du temps, ça passait tout seul, qu’il fallait juste se (re)poser… Que c’était bénin et, essentiellement, le signe d’une fatigue plus ou moins installée, laquelle pouvait engendrer des complications variées… Et/Ou le signe de quelque chose d’autre, de plus grave et/ou de plus profond…

C’est parce qu’il y a les rhumes d’allergies (rhume des foins…) et les rhumes d’origine virale. Et je viens d’apprendre (ou de me rappeler… Prendre connaissance et conscience) que, concernant les rhumes d’origine virale, c’est parce qu’il y’a beaucoup de virus différents, à l’origine de ce simple rhume. Des virus dont les familles les plus courantes sont celles des picornaviridés, des adénovirus et des coronavirus. Il n’y a, apparemment, pas de « remède global », contre ces virus, bien qu’il y ait eu une étude au niveau des protéines, lesquelles sont utilisées par ces virus (c’est ce qui forme les couronnes du corona, qui lui valent ce nom) et il est donc compliqué de trouver LA souche responsable (à chaque rhume et/ou complication…) et un traitement antiviral adapté, pour chaque… D’autant plus que les virus (comme les bactéries, champignons…) sont présents partout, tout le temps, en nous et hors de nous. On dit même qu’ils sont présents, dans notre corps, en bien plus grande quantité que nos propres cellules…
Il est donc compliqué de trouver le médicament, traitement, adapté, pour chaque souche ou même famille, et, même, fortement déconseillé d’intervenir, dans la plupart des cas, puisque, d’une part, ils ont pour rôle de se débarrasser des bactéries qui, en surnombre, causent elles-mêmes toute une panoplie de maladies (ils permettent donc de les réguler et sont donc signe et « traitement », en quelque sorte, de cet excès). Autrement dit, ces virus sont largement présents, un peu partout, en permanence, et participent à notre équilibre… Et, le fait que l’un d’eux soit prédominant, à un moment donné, est le signe d’un déséquilibre, dérèglement, au niveaux des bactéries et, plus globalement, au niveau de notre train de vie, nos habitudes, notre manière de penser et vivre, et tout ce qui en découle… Il y a donc une question d’hygiène, certe, mais celle-ci est toute relative… Car tout ce qui n’est pas naturel et/ou en adéquation avec cette nature, ce naturel, tend à créer (et/ou participer à) ce déséquilibre… Notamment en empêchant le système immunitaire de faire son travail « normalement », naturellement.

En plus d’être utiles (on peut même parler de virus bénéfiques, de « bons virus », comme on parle de bonnes bactéries, quand ils ne sont pas en excès… C’est le même « principe » que pour les plantes médicinales qui sont à l’origine de la plupart des médicaments, et toutes les plantes en générales, même dites « comestibles », dont les différentes molécules sont toxiques, en excès, en fonction, donc, de chacune, de leur concentration et de leur utilisation…), on en apprend des choses, indirectement, notamment grâce à cette souche de coronavirus (covid19). On se fait LA « mise à jour » sur la « maladie » la plus banale, la plus courante, la plus connue (et, pourtant, paradoxalement, si peu, compte tenu du fait de la diversité des facteurs sources et aggravants) et la plus bénigne, de tous les temps… Lié à tout un panel…

LE signe d’un déséquilibre… DU déséquilibre…
Le signe… Qu’il faut ralentir…
Prendre du recul… Se (re)poser… Et faire le point.
Le signe qu’il faut changer quelque chose et/ou se recentrer…
Et/Mais, avant tout, peut-être : dédramatiser…
Relativiser…

Pourquoi elle, pourquoi cette souche, cette mutation, précisément ? Pourquoi là-bas ? Pourquoi à ce moment là ? On le saura, probablement, plus tard…

En ce qui concerne le moment, forcément, ici, on est en hiver (si tenté qu’on puisse encore parler d’hiver…), donc les virus prolifèrent… D’autant plus avec cette humidité… Qui me fait encore et toujours penser que l’automne ne s’arrêtera qu’au printemps… Voire même, directement, en été (avec de l’avance…). On ne dira alors plus qu’il n’y a plus de saisons mais qu’il y en a 2. Bref.
Plus largement, globalement, ce moment coïncide avec là où nous en sommes, sur cette Terre. Je parle de l’être humain, de son rôle et de son emprise, sur ce monde… Des causes et des conséquences… Et puis l’enjeu et, encore et toujours, le but…
À noté que cette « épidémie » vient de l’Orient…
Alors même qu’on commençait à venter les mérites de la médecine orientale, souvent dite « préventive » (on empêche le corps de se déséquilibrer et on l’aide à se rééquilibrer…) et, donc, à suivre cette bio-logique… La cause émotionnelle… Le mal-a-dit.
À croire qu’ils ont fait de même, de leur côté, avec notre médecine « pharmaceutique »…
Ben oui… Bien sûr ! Tout coïncide.

Alors, c’est quoi la solution ? Un mélange des deux… Comme toujours… Un « savant » mélange des deux…
La « foi » en l’équilibre naturel (qui est et/ou devrait être considéré(e) à sa juste valeur… C’est-à-dire au delà même de l’idée de foi, de croyance, de confiance… Et de savoir…), la « prévention » de cette équilibre… ET le rééquilibrage, par les soins, la/les médecine(s) traditionnelle(s), alternative(s)…

Je vais, forcément, en profiter pour refaire encore un peu de « pub » pour cet acronyme que j’ai trouvé…
Car il est grand temps d’unir notre/nos savoir(s), expérience(s), connaissance(s), opinion(s), vision(s) de la Vie… Avi(s)… Mais aussi, et surtout, avec, par et pour… De-dans cet amour… Cet amour de la Vie… AVI

Je ne le répéterai peut-être jamais assez… La Vie est belle, bien faite, parfaite… Les lois de l’Univers…
La loi de la relativité générale, fonction de la loi de l’attraction… Fonction de l’énergie(, de ce) que l’on privilégie… Le doute… Ou la confiance… Le désespoir ou l’espoir…
On ne saura jamais tout et il ne faut pas perdre trop de temps à chercher à tout comprendre… Au risque de passer à côté de l’essentiel et, donc, créer un déséquilibre… Au niveau de notre propre corps (santé physique et mentale, morale… Bonheur, bien-être…) mais, également, au niveau du monde qui nous entoure, puisque le poids de l’humanité est devenu considérable et que notre manière globale de penser entraîne telle(s) ou telle(s) conséquence(s)… Soit on la dirige dans/vers un même but commun (AVI), soit on continue de se disperser (autrement dit, on continue de suivre cette pensée globale « dominante » qui nous divise, nous affaiblit, nous emprisonne, nous empoisonne, nous asphyxie…).
Soit on se focalise sur la manière globale de penser « positivement », en lui donnant un nom (simple et explicite, de préférence… Qui parle de lui-même…), soit on se focalise sur autre chose… Le négatif, la peur, le doute, le mal, les maux… Autrement dit, on s’éparpille, on se perd… (Et, pour couronner le tout, comme dans tout bon film d’horreur, c’est là que ça part en couille 😬🙃😂).

Soit on se focalise, en(tre) nous, sur cet amour… Cet amour de/pour la Vie, à l’origine de bien des miracles, à l’origine de la VIE…
Soit on se focalise sur cet amour, en le nourrissant, en lui donnant l’essentiel de notre attention, de notre/nos force(s), de notre énergie…
De notre amour… AVI… Idem❤️AVI…
Soit…

On nous a toujours dit qu'on ne pouvait pas soigner le rhume mais seulement les symptômes.Et que, la plupart du temps,…

Publiée par Patrick Le Ménahèze sur Samedi 14 mars 2020

Laisser un commentaire